Livraison offerte dès 70€ d’achat en France

La corne véritable utilisée en couture

Avant toute chose, un préalable s’impose car il est important de faire la différence entre corne véritable d’origine animale et donc naturelle et corne synthétique, autrement dit de sa provenance. Dans un cas, vous avez en main un objet, un peigne ou un bouton par exemple en corne véritable mais vous avez peut-être un objet à base d’imitation de corne et donc une corne synthétique en plastique.

Un bouton de couture en corne véritable pourra avant tout s’authentifier grâce un test de chaleur. Pour ce faire, le mieux est de prendre une aiguille à coudre et de la chauffer à la flamme (prendre l’aiguille avec une pince pour veiller à ne pas se brûler). Une fois votre aiguille noircie voire rouge, tenter de la planter sur le dos de votre bouton par exemple pour ne pas abimer sa face.

Ensuite deux indices : si l’odeur se rapproche de celle du cochon grillé ou des poils brûlés et qu’il est impossible de l’enfoncer, alors vous êtes en présence d’une véritable matière en corne.  Le second indice pour être certain d’avoir une vraie corne est aussi son poids et son aspect. Une corne de bélier ou de buffle sera définitivement plus lourde qu’elle que soit sa taille qu’une corne de synthèse en plastique.

Si la corne est jaspée c’est à dire bigarrée, ses motifs seront souvent verticaux et non horizontaux. Il est rare de voir des cornes jaspées oscillant entre noir, brun, jaune et blond avec des anneaux similaires à ceux d’un tronc d’arbre coupé. Si c’est le cas, il y aura de fortes chances que cette corne ne soit pas authentique.

A lire également :